Archive de mon autre blog #2

lundi 9 décembre 2013

Déshabillez-vous, allongez-vous et écartez les jambes

Aujourd’hui l’ami je vais pousser un coup de gueule, et si je le fais aujourd’hui c’est pour pas terminer l’année par un billet quelque peu agressif.
Dans la famille « ma life est absolument fascinante », je voudrais Mimi. Ah bah oui, je l’ai!
Je te raconte vite fait ma journée :
Tu le sais ou pas, j’ai commencé à faire quelques démarches pour tenter de comprendre la ou les raisons pour lesquelles je suis obligée d’écrire ce genre de lettre au Père Noël.
Certaines personnes se découvrent une vocation de scientifique ès procréation lorsqu’il s’agit d’expliquer une infertilité. J’ai envie de les taper.
Eh ben quand je pense que j’ai déjà dépensé des sommes folles en dépassements d’honoraires chez la gynéco (oui, elle) et au laboratoire alors que la réponse était si simple, si évidente…
C’est un biologiste qui me l’a donnée, pas plus tard qu’il y a deux heures, et au labo.
« – Et c’est pourquoi que vous devez faire ce prélèvement?
 – Ben, j’arrive pas à être enceinte alors ma gynéco m’a prescrit toute une batterie d’examens à faire…
 – Ah d’accord. Mais vous savez, faut pas se focaliser là-dessus, faut pas y penser.
 – Oui mais bon, je suis plus de première jeunesse non plus…
 – Oh, quand même! Arrêtez d’y penser et ça viendra. »
Ahhhhhh c’était donc ça!
Mais les gens qui n’ont pas de problème pour se multiplier, savent-ils à quel point cette phrase fait mal à entendre?
Savent-ils à quel point je me culpabilise bien assez de ne pas être capable de réussir la chose qui soit la plus facile à faire au monde? (j’ai l’impression qu’il y a trop de mots dans cette phrase)
Donc quand on décide de faire un enfant, il faudrait ne plus y penser? Ben oui, faire un enfant c’est comme se brosser les dents ou faire la vaisselle, on fait ça tous les jours, pourquoi diable y penser, évidemment c’est de ma faute!
Et puis excuse-moi mais y’a des fois où je suis de garde, ou j’ai pas la tête à batifoler, mais excuse-moi encore, si je n’ai pas la tête à batifoler alors que c’est la période propice, je foire encore un mois. Alors oui faut que j’y pense. C’est rien pour toi un mois, pour moi ça fait déjà douze fois un moins et je peux te dire que c’est long, très long quand quelque chose que tu attends ne vient pas.
Je n’y pense pas en permanence, mais j’y pense. Et dis-toi bien que depuis que j’ai entamé le processus pour comprendre ce qui cloche, je suis bien obligée d’y penser avec tous ces rendez-vous et examens. Parce qu’il faut prendre ta température tous les matins, parce que des examens nécessitent un préparation, parce qu’il faut venir à tel jour du cycle, parce que parce que parce que.
Alors si tu m’estimes un tant soit peu, ne me sors pas (ou plus) des phrases aussi débiles que « faut pas y penser ». Je préfère encore que tu te taises.
Sinon comme tu l’auras compris car je l’ai glissé subrepticement au milieu de l’article, aujourd’hui j’ai été baptisée. Le fond de mon anatomie intime a vu un oeil d’homme. Oh punaise rien que d’y penser j’en ai la chair de poule.
Publicités

8 commentaires

  1. J’ai récemment dit à mon médecin généraliste que je détestais qu’on me dise d’arrêter d’y penser. Elle a eu l’air surprise et m’a répondu naïvement: « ah bon, c’est quelque chose qui ne vous plaît pas? » ben… euh… comment te dire… Peace and love comme le dit dropsky 😉

  2. Salut,

    Alors moi, j’arrive un peu après « la guerre » (lol) mais je te donne le meilleur de ce à quoi j’ai eu droit, de la part d’un gynéco PMA, me voyant arriver en pleurs à notre premier rdv: « Mais madame, c’est triste d’attendre ses règles tous les mois.. ». No comment! Également, le « vous savez, les couples qui ne ciblent pas l’ovulation ont autant de chance d’avoir une grossesse que ceux qui le font…. » n’est pas mal non plus dans le genre…
    Parfois les gens essaient de dire quelque chose de rassurant et ne se rendent pas vraiment compte de la portée de ces mots blessants, même s’ils savent quel parcours ça peut être (le corps médical), ils ne comprennent pas toujours complètement. Bon courage à toi, je viens de découvrir ton blog, je continue ma lecture!

    Pdc

    1. Bonjour Pdc et bienvenue!
      Le problème c’est les gens qui se sentent obligés de te dire quelque chose. S’ils n’ont rien à dire, bah… Qu’ils ne disent rien! Surtout au lieu de dire quelque chose de mal placé.
      A bientôt!

Vous pouvez participer!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s