17363

Bonjour à toutes,

Je pense que cette fois c’est bon, ce sera mon dernier article. 

17363. 

Avant, quand je lisais vos blogs et voyais des chiffres tels que celui-là, j’étais écartelée entre d’un côté la réjouissance et de l’autre l’envie, l’injustice, l’incompréhension.

Aujourd’hui, je passe vite pour que seule la réjouissance s’invite.

Ce chiffre, j’aurais donné n’importe quoi pour qu’il soit mon taux de BHCG.

Mais non.

17363, c’est juste le nombre de kilomètres qui me séparent désormais de la grande majorité d’entre vous. Et même s’il ne vient pas d’une sérologie, il me satisfait.

Je vous lis encore, mais de moins en moins puisqu’au fur et à mesure de vos annonces de grossesse je me désabonne de vos blogs. Et je me suis désabonnée de beaucoup. Preuve que ça marche quand même un peu la PMA! Je suis contente pour vous, mais j’étais venue chercher, il y a deux ans, du soutien pour tout ce qui m’attendait. Je l’ai trouvé et merci du fond du coeur. J’ai soutenu comme j’ai pu certaines d’entre vous. J’ai ri, j’ai pleuré sur vos articles.

Plus rien ne m’attend, et même si le glas est difficile à entendre, je me suis faite à sa mélodie. Ah et puis j’ai résolu une équation à une inconnue. Mon chéri a eu un enfant. Mon ex-mari aussi. Ça y est, vous aussi vous avez capté? Eh oui, c’est moi qui suis stérile dans toute cette histoire! Je m’y attendais un peu, mais là c’est bon j’en ai la preuve une fois de plus, et pas besoin d’examen pour ça.

Aujourd’hui donc, je n’ai plus rien à faire ici. Le titre même de ce blog est caduque. Je ne passe plus ma vie à t’attendre.

Je vous souhaite plein de belles choses, avec ou sans enfant.

Bisous

Publicités

54 commentaires

  1. Coucou, quelle décision, mais en même temps tu sembles apaisée, moi je n’y arrive pas, le chemin me semble impossible. Merci d’avoir été là…
    Bon vent.

  2. Je pense à toi et comprends ton ressenti. Même si je me doutais de l’issue possible qui m’attendait quand j’ai créé mon blog j’espérais cependant qu’on ferait partie des chanceux (surtout avec le don) quand je voyais la roue tournée enfin pour certains.
    J’ai essayé de suivre tous les blogs que j’ai démarré il y a 2 ans mais au fur et à mesure j’ai bien senti le décalage et ai du par nécessité me désabonner parfois pour trouver mon chemin et ma route différente… J’espère avoir de tes nouvelles quoique tu fasses car c’est précieux de pouvoir échanger surtout quand nos routes ne prennent pas le chemin espéré. Bises de soutien

    1. Moi j’étais persuadée d’avoir une belle fin comme dans un film, et que ça viendrait vite en plus. J’ai fait fausse route! L’essentiel est de revenir dans le chemin qui mène au bonheur, et le mien n’a plus d’itinéraire bis par la PMA.
      Je ne sais plus si j’ai ton mail? Le mien est en page à propos, mavieatattendre@mail.com.
      Bisous

  3. Mimi je pense souvent à toi, et je me demandais où tu en étais. Je suis triste de te voir quitter la Blogo, et ce quai qui se vide avec le temps qui passe… Mais je te comprends, pour trouver la paix et notre propre chemin c’est parfois nécessaire… Je ressens tout comme toi, ces émotions ambivalentes à l’annonce des +, je me desabonne aussi et c’est dur de rester sur la touche…
    Je t’envoie plein de pensées, et on pourra continuer à échanger par mail si tu en as envie. Prends bien soin de toi ❤

  4. Quel courage MIMI… Je comprends chaque mot de ce message, passer de l’autre côté est étrange et terrifiant… Je suis de tout cœur avec toi et si besoin… Je suis toujours là, meme en off… Belle route à toi 😘

    1. Merci carotte, comme je disais en commentaire, je ne sais pas si c’est du courage, c’est juste que je n’ai pas d’autre choix. C’est difficile à accepter au début, c’est un deuil à faire. Des grosses bises

      1. Non mais j’ai vraiment honte. Je suis partie toute joyeuse sur le titre de ton post, et l’ayant lu au réveil… Bref j’espère que quoiqu’il en soit, tu seras heureuse, d’une manière ou d’une autres. Et peut être que tu connaîtras la maternité par un autre moyen… Gros bisous et excuse moi encore

  5. Je pense que ce n’est qu’un au revoir.
    On ne peut pas « lacher » comme cela tout espoir d’avoir un enfant alors que l’on n’est encore qu’au « debut » du parcours.
    Beaucoup de pmettes nous ont montrées, par leur courage et leur persévérance, qu’une grossesse pouvait survenir au bout de quatre FIV, autant de stims, d’IAC et de transferts…
    Mais pour cela, il faut y croire, encore et encore, malgre tout.
    Etre bien entourée.
    Et avoir confiance. En soi. En la vie.
    Courage.

    1. Malheureusement Perrine, tu es une belle optimiste, mais chacune à son chemin, et chacune l’arrête quand elle n’en peut plus car cela implique tellement de sacrifices…. Mimi a du bien réfléchir avant de prendre cette décision si difficile à prendre, ce n’est pas très bien de lui dire que tout espoir n’est pas perdu, car, elle, sent le contraire. Je sais de quoi je parle, après plus d’une 12ène de FIV, FIVDO, TEC …. Il y a un moment où notre esprit et notre corps disent stop en même temps et c’est là le point de non retour…

    2. Si si Perrine, on le peut! Et tu as raison, 100% des mamans ont tenté leur chance. Mais c’est comme l’acharnement thérapeutique, certains y croient, d’autres dont soulagés quand ça se termine. Moi je fais partie de ces derniers.
      Et je comprends ton point de vue, qui montre que toi tu es prête à te battre jusqu’au bout. Garde ce courage!
      Moi j’ai juste besoin d’être heureuse, et la PMA ne fait plus partie de mes armes. Je croyais que mon but dans la vie était d’avoir un enfant (pour être heureuse), en fait il est d’être heureuse (avec un enfant ou pas).
      Bises

      1. Je pense simplement que quatre stimulations, une FIV et trois transferts, ce n’est vraiment pas beaucoup quand on se bat pour quelque chose qui nous tient à coeur et qu’il faut s’accrocher.
        Il y a des parcours tellement longs et douloureux ou la « victoire » était au bout…
        Tellement de joie, ensuite.
        Et une joie, pour TOUJOURS, qui fera bien vite oublier toutes ces années de combat.
        Accroche-toi !!!
        Ca en vaut la peine+++
        Je pense a toi…
        Courage.

      2. Et il y en a tellement qui n’ont menés à rien et dont on ne parle pas…
        Pour toi ce ne sont que 4 stimulations, ce n’est qu’une FIV, ce ne sont que 3 transferts (4 pour être précis, ca n’a pas d’importance en soi mais c’est 4). Ce « QUE » est douloureux tu sais. Comme dans « t’as QU’à faire une FIV si ça ne marche pas ». J’ai connu plusieurs femmes qui avaient abandonné, et je ne les comprenaient pas avant d’y être moi-même confrontée, non, je n’aurais jamais cru.
        Pour moi ce ne sont QUE des litres de larmes, QUE des déceptions, QUE des douleurs, QUE des mois gâchés à attendre, QU’un couple qui souffre.
        Chacun voit midi à sa porte. Je te demande de respecter mon choix et de ne pas transférer sur moi tes propres peurs. Quand tu m’encourages, c’est toi que tu encourages.
        Moi j’arrête, mais toi oui, continue d’y croire.

      1. Eh, bien, pour être honnête, si je me permets de te parler « comme cela », c’est simplement parce-qu’a la suite d’un long parcours, je suis devenue maman d’un petit garçon qui aura neuf mois à la fin du mois.
        Et cela me rends triste pour toi de te voir abandonner au debut du parcours.
        J’ai moi aussi souvent eu envie de tout lacher, mais, comme tu le dis, on est un couple et quand je flanchais, il continuait de « tenir la barre » pour moi.
        Je ne voulais pas te blesser, juste te faire relever la tete.
        Mais, je m’y suis mal prise.
        Ce n’est pas grave.
        Je ne regrette pas mes paroles car, quoi qu’on en pense, malgre tout, elles sont justes : l’arrivée d’un enfant est une joie qui durera TOUJOURS et fera oublier ce douloureux parcours.
        Désolée de mes maladresses et bonne route a toi.
        Tu fais plus d’une heureuse a te résigner ainsi.
        Pour toutes celles qui sont un peu « perdues » au creux de ce douloureux et éreintent parcours, c’est finalement « rassurant » de te voir abandonner. Pour celles qui n’ont plus d’espoir, elles se disent qu’elles ne sont pas seules à rester sur le bord de la route. Pour celles qui sont encore dans la bataille, cela les rassurent insidieusement, elles se disent que « elles, elles tiennent » et te souhaite bon courage pour la suite, te disent que tu as raison, etc, etc…
        Moi, j’ai joué franc jeu, j’ai voulu te faire réagir, mais, cela n’a pas réussi.
        Alors, à mon tour d’être hypoctite et de te dire des banalités comme : « tu es très courageuse d’arrêter, tu trouveras ton bonheur autrement, tres bonne route a toi, etc, etc »…
        Tant pis, j’aurais essayer.
        La PMA, c’est dur et ca abîme un peu, certes. Mais les traces sont vites effacées lorsque l’enfant parait.
        La vie sans enfant, ca abime beaucoup, et, malgre tout, je pense que ce sont des traces qui ne s’effacent pas.
        Je ne polluerait plus ton mail et te laisserai lire uniquement les commentaires sirupeux.
        Moi, j’ai été à rebroussé poil,
        Peut-etre qu’un jour, peut-être, tu y repensera, et, peut-être…
        Bon vent !

  6. Chère Mimi, je te souhaite de tout mon coeur de trouver la paix et la sérenité et ce, quelque soit le chemin que tu décideras de suivre. Qu’il te conduise dans un endroit où les vilaines cicatrices de la pma s’effaceront, où le bonheur que tu as trouvé avec ton compagnon grandira encore plus. Je penserai fort à toi.
    Au revoir et bon voyage
    Karole

    1. PS: et si jamais tes pas (et accessoirement un avion) t’ont conduit vers l’Australie ou la Nouvelle Zélande, je serai ravie de voir des photos???!!! Ces deux destinations sont de vieux rêves…:)

      1. Merci à toi …pour tes mots ta façon de les écrire et bien d autres choses encore c est moi qui te dis merci et surtout pend bien soin de toi . J attends avec impatience tes images

  7. Bonjour,

    Je me demande si je ne vais pas prendre le même chemin que toi, « mimiattend »…

    Chez moi ça ne fait « que » 5 cycles de Clomid très mal vécus, une IAC ratée et des années d’attentes (je passe sur les courbes de température, les tests de grossesse qui ne veulent jamais « passer au vert », les tests d’ovulation, les rendez-vous, les examens, les coups de fils, l’humeur massacrante ou maussade avec ou sans traitement), des années d’espoir et de jalousie envers les femmes qui pouvaient se permettre d’avoir un enfant (avant 31 ans j’aurais tout simplement flingué ma carrière), puis de l’attente que le compagnon se décide, des années à s’habituer au fait de devenir souvent transparente en famille – car la seule à ne pas avoir d’enfant -, trouver enfin un compagnon qui en ait vraiment envie. Et puis, à tous les cycles, de l’espoir. Jusqu’à arriver à plus de 50 cycles, sans parler des années précédentes pendant lesquelles je ne me « protégeais » d’une grossesse que très à peu près… Je passe aussi sur les centaines de conseil à la con que l’on connaît toutes (tu y penses trop ; en fait c’est parce que en vrai tu n’en veux pas ; mais au moins faites-vous suffisamment l’amour, etc.)

    Infertilité inexpliquée… Un compagnon actuel qui a déjà une fille, un ex dont je saurai certainement un de ces jours qu’il est Papa… Oui, c’est très, très certainement moi, le problème, mais à quel niveau exactement, ça… Je ne crois pas du tout à quelconque blocage psychologique… J’ai eu une vie et une enfance particulièrement normale, avec des parents très aimants, un rapport avec ma mère normal, une mère qui ne m’a jamais découragée à devenir mère (ni spécialement encouragée d’ailleurs)… D’ailleurs allez expliquer aux filles qui tombent enceinte suite à un viol particulièrement traumatisant, que en fait, elles sont tombées enceintes parce qu’elles désiraient cet enfant…. Et puis j’ai des antécédents d’OPK et d’endométriose… dont on ne trouve plus vraiment la trace aujourd’hui…

    Je supporte très, très mal l’attente. Toujours attendre pour qu’au final il ne se passe jamais rien. Jamais. Mais enfin mais quel sens cela a???

    J’ai 38 ans, et je suis fermement décidée à faire un enfant depuis mes 31 ans. Aujourd’hui, je me demande vraiment si je vais avoir envie de continuer à attendre… L’attente et la vexation de l’IAC m’ont rendue quasi dingue.

    Là il faudrait que j’appelle la gynéco, pour obtenir à nouveau un rendez-vous, pour réussir à la persuader de faire le contrôle échographique d’une éventuelle prochaine IAC à J10 et pas j11, car j’avais déjà ovulé seule…

    Je ne suis pas non plus pour l’acharnement thérapeutique…. Et ça me réconforte, tu ne peux pas savoir à quel point, que d’autres femmes en arrivent aux mêmes déductions que moi…

    Je trouve que cette attente est ni plus ni moins qu’une prison, avec le corps qui nous rappelle sans cesse toutes les étapes du cycle… Marre de passer son temps à lire dans les fonds de culotte, à se peloter les seins pour essayer de sonder si il y a espoir ou non…

    Marre, quoi. Et je crois que chaque femme possède sa propre ligne rouge…

    Je te souhaite une très belle vie sans enfant. En effet, ce qu’il faut chercher, c’est son bonheur, et je fais partie de ces femmes qui sont persuadées que celui est possible à atteindre, même sans enfant! Il y a plusieurs chemins, avec leurs avantages et leurs inconvénients…

    Bon eh bien c’était un roman! Bravo, vous êtes arrivée à la fin!!

    Merci encore d’écrire ce que je ressens…

    1. Bonjour Ève, j’aimerais tellement que tu n’aies pas à écrire ce genre de choses… Étant donné l’infertilité inexpliquée et l’âge qui avance, ton gynéco ne t’a pas orientée vers une FIV?

      1. Salut Mimiattend,
        La gyneco a prévu 2 IAC et ensuite FIV possible.
        Je ne l’ai toujours pas appelée… Je ne suis pas pressée de retomber dans le système attente espoir et vexation tristesse… très honnêtement je trouve que je suis entrée dans la phase où cela devient comique voire pathétique.
        Et en fait je vais mal quand j’y pense mais à part ça je vais bien…
        Je ne sais pas ce que je vais faire.

      2. Oui je comprends… Si tu ne sais pas quoi faire, c’est peut-être que pour ton psychisme il est trop tôt pour prendre une décision… Le problème quand on est en PMA c’est qu’on aurait besoin de prendre son temps alors qu’on n’en a souvent pas assez justement. Essaie de ne pas te mettre la pression…
        Bises

  8. Oui c’est exactement ça! Il me faut à chaque fois un temps fou pour passer à l’étape suivante… Qui sera peut-être le renoncement.
    Merci…

  9. Il est bien triste ce message. Mais plein de sens. Le but dans la vie c’est bien d’être heureux non???
    Et moi non plus je ne suis pas très heureuse avec cette attente…. je vois ma limite au loin, il me semble parfois l’atteindre mais en fait l’espoir est revenu….
    Depuis tout ce temps tu as du passé par pleins d’autres émotions et si tu as envie de les écrire, je me ferai joie de les lire.
    Pleins de 💕💕💕

    1. Si l’espoir te donne des ailes, il faut continuer. Moi l’espoir ou plutôt l’attente sans rien à la clé me fait mourir. Je suis comme la femme d’un disparu en mer qui passe son temps devant la fenêtre à pleurer en attendant son retour. Parfois il vaut mieux savoir, être sûre. Enfin, c’est mon cas aujourd’hui. Je suis sûre, c’est triste, mais moins que d’attendre.

      1. Je comprends bien.
        J ai passé 8 mois sans tomber enceinte et ça a été pire que 5 fc en 1 an.
        Un test négatif. L’attente infinie. Ça m’a semblé plus long….
        Quand tu tombes enceinte, même si ça foire, y a un espoir malgré tout.
        Je ne dis pas que c’est « mieux » mais je l’ai plus supporter…
        Mon désespoir à moi est ailleurs. Il est dans la crainte de la mort, la mort elle même, l’hémorragie, la perte de temps, l’absence de mon esprit qui compte des cycles.
        Etc etc….

Vous pouvez participer!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s