DNLP

En rouge et noir

Toute la nuit j’ai rêvé que je faisais des tests de grossesse. Je ne sais pas quelle marque c’était mais ils indiquaient même le taux de bêta hcg dans une petite fenêtre en plus des lignes.
Tous étaient positifs.
Lundi j’allais chez ma gynéco pour qu’elle me prescrive une prise de sang, je lui offrais un bouquet de fleurs pour la remercier.
Ce matin je me lève, je sors un test de son emballage pour la première fois. Je lis la notice. Je me dis allez, on vire le premier jet d’urine et c’est parti.
Oh oui ça pour partir c’est parti. Du sang bien frais bien rouge bien chaud.
J’ai eu zéro signe et en même temps que j’ai réalisé: paf mal de tête et mal de bide.
DN si tu m’entends, sache que je ne vais pas me censurer et que tu es vraiment une sale pute.
Désolée si vous commentez, je ne crois pas être en état de vous répondre…

3-0

J1 avait pourtant bien commencé : humeur de chien, mal au ventre terrible, migraine qui va bien. Rien d’anormal quoi.

En même temps, je n’étais pas déçue vu que je n’avais rien à espérer d’un pauvre cycle physiogine/duphaston.

Sauf qu’aujourd’hui, j’ai appris par collègue interposée, qu’une autre collègue était enceinte. Eh oui! Une troisième!

Bon sang mais pour se sentir paria, y’a pas mieux. Merci DNLP hein, merci de bien enfoncer le couteau dans la plaie et de le tourner et retourner dans tous les sens.

Ah et puis histoire de bien me mettre dans la mouise, J11 tombera donc le 8 septembre. Le jour de mon RDV au centre de PMA. Donc il a fallu que je cale la prise de sang/l’écho/le RDV PMA/le RDV avec la gynéco dans la même journée (oui parce que je veux tenter une autre stimulation simple). Et je travaille de nuit. Voilà. J11 pouvait pas tomber le lendemain histoire de me laisser souffler un peu, non, ça il ne pouvait pas.

Je ne sais même pas pourquoi j’écris cet article. On en est toutes là. Qu’est-ce qu’on peut y faire. On subit, voilà tout. On subit la nature sans rien pouvoir y changer, sans avoir aucun contrôle. Aucun choix.

Qu’est-ce que j’aurais aimé ne pas vouloir d’enfant!

No surprises

Comme convenu, 4 jours après la fin de l’Utrogestan, 14 jours après l’injection d’Ovitrelle, J1 est là. Il est arrivé avec pertes mais sans fracas.

De l’espoir il n’y en a pas eu.

Pas de surprise. Pas de déception.

En fait, je suis épatée.

Malgré des conditions optimales et idéales, ces abrutis de spermatozoïdes n’ont pas été capables de trouver le saint-Graal. Ils se sont pris par la main queue pour faire une barrière aux peu de normaux qui auraient pu trouver l’entrée, c’est pas possible autrement. Ou alors ce sont des espèces de zombies qui ont bouffés les bons. C’est quoi le problème?

J’ai même plus envie de refaire une stimulation à la rentrée, à quoi bon de toutes façons, ça marche pas ça marche pas, point barre. Laissons la science s’occupe de tout puisqu’on n’est même pas capables de faire un enfant. Le truc le plus simple au monde.

Et le physio/duphaston, j’en ai plus envie non plus. Marre de bouffer des comprimés pour des noix, que ce soit par la bouche (ou par le frifri). Si ça fait des années que je ne prends plus la pilule, c’est bien pour ça aussi, alors c’est bon là, j’arrête.

Tu ne te reposes jamais toi on dirait espèce de DNLP de malheur. Mais qu’est-ce que c’est, un genre de test pour savoir jusqu’où je peux tenir sans me tirer une balle? Ca va, pétasse, j’ai eu ma dose de soucis dans la vie, tu veux pas jeter ton dévolu sur quelqu’un d’autre non? Connasse.

6790be32e32048247bd779f52a550f58

Stim’2 c’est fini. Je n’ai pas perdu la foi, non, je suis juste lucide; j’ai foi en la FIV qui sera donc mon seul espoir.

 

 

 

 

 

Encore une!

Punaise mais c’est pas possible quand même!

Vous vous souvenez comment ma collègue enceinte avait disparu de mon entourage professionnel grâce à son congé maladie?

J’étais enfin tranquille. Enfin, ça c’était avant, avant ce soir, heure de ma relève.

« – Salut ça va?

– Ouais ça va, j’ai un pamplemousse dans le ventre.

– Hein? Comment ça, t’as mangé qu’un pamplemousse avant de venir?

– Noooon, je suis enceinte! »

Vous connaissiez cette expression vous? La honte, j’avais jamais entendu ça auparavant.

Pfffff, elle m’annonce ça comme ça, je sais qu’elle n’est pas du genre à vouloir faire du mal, pourtant elle fait partie des rares collègues à qui j’ai raconté mes problèmes de fertilité… Pis je ne m’y attendais pas du tout à celle-là!

Après elle m’a dit qu’elle avait vu une émission sur la procréation cet après-midi, elle m’en a parlé deux secondes puis m’a demandé où j’en étais moi. C’est gentil de m’avoir demandé mais PUTAIN, PUTAIN espèce de DNLP de merde, c’est quand mon tour à moi???

Désolée pour cette vulgarité mais je l’aurais en face de moi je lui casserais les dents à cette conne (DNLP, pas ma collègue, oh!)

Le régime super glaire

Après avoir écumé les rayons de Carrefour à la recherche de l’eau bénite, après avoir ragé, après avoir expliqué à mon chéri que oui c’était super important que ce soit de la Célestins et pas de la St-Yorre non non c’est pas pareil, après s’être tapé les bouchons pour arriver à Auchan en travaux, avec rien en rayons si ce n’est environ huit tonnes du Saint-Graal…

J’ai enfin commencé à boire de la Vichy Célestins comme certaines me l’ont conseillé. Vous n’avez jamais bu la tasse en vacances? J’ai l’impression de me noyer à chaque gorgée. Oh bon sang, j’espère que ça marche ce truc parce que c’est carrément dégueu!

J’ai aussi acheté des gélules d’huile d’onagre.

Si ça n’améliore pas la glaire, au moins j’aurai bon teint avec tout ça.

Et il le faut car dans 3 jours j’attaque les hormones par voie orale. Au moment de me les prescrire, la gynéco m’avait demandé;

« – Vous avez de l’acné? Vous avez mal aux seins pendant le cycle? Vous avez des règles très douloureuses? »

Ben on dirait que non seulement je vais rajeunir du visage, mais je risque en plus de retrouver tous les désagréments de l’adolescence!

Ah, et sinon j’ai fait hier la prise de sang avec plein de dosages hormonaux, dont la prolactine (qu’il faut faire à J2).

J’arrive à l’ouverture, 7 heures.

« – Oh la la, mais pour la prolactine, vous êtes levée depuis combien de temps? »

J’ai regardé la dame, pour voir dans ses yeux s’il fallait être levée depuis 10 minutes ou 5 heures. Je n’y ai rien vu, la fourbe, elle a bien caché son jeu. Je n’ai rien pu inventer. J’ai attendu.

« – Parce qu’il faut être debout depuis 2 heures, hein, pour la prolactine!

– Je me suis levée à 6 heures.

– Et vous pouvez attendre un peu, là?

– Non, je pars travailler dès que j’ai fini (en vrai c’est faux, je partais en vadrouille avec mon chéri en Italie et on ne rigole pas avec le parmesan à la maison).

– Cathy, la dame ça fait 1h10 qu’elle est levée, c’est bon quand même?

Bah elle peut pas revenir samedi matin?

– Le problème c’est que samedi, je ne serai plus à J2…

– Ah bah oui, forcément… Bon alors on va vous la faire, on verra bien. Par contre il faut être très calme et détendue pour cet examen. »

Calme et détendue. Avant une prise de sang. Alors que j’étais à deux doigts de ne pas pouvoir me ravitailler en parmesan.

Qu’est-ce que les gens sont drôles parfois.

J’oubliais l’important, DNLP, toujours aussi p***, m’a donné mon J1 ce mardi, je vous laisse deviner ce que devient le Hünher à J12 ou 13 : samedi ou dimanche, paf, en plein dans ma garde! Mais bon, heureusement, au laboratoire il n’y avait pas de biologiste le samedi, donc je suis convoquée le lundi à 10h (J14). Bien sûr, j’étais du matin mais une collègue a bien voulu échanger son soir avec moi. Ouf!

Archive de mon autre blog #1

lundi 3 juin 2013

Lettre à Dame Nature

Je t’écris parce que comme tous les mois depuis quelques temps, eh bien ça va moyen. Alors à chaque fois je me motive pour le mois suivant, et c’est comme ça, on tourne en rond. C’est un peu le serpent ou le chat je sais jamais qui se mord la queue.
Je ne sais pas quel complot tu as organisé me concernant, mais si je puis me permettre de faire juste une toute petite critique de rien du tout : c’est du GRAND N’IMPORTE QUOI (oui je crie un peu parce que je suis à deux doigts de m’énerver).
Je sais, je sais, tu fais ce que tu veux, ça on avait bien compris, y’a qu’à voir la tronche de certains (une fois j’ai vu un nouveau-né, c’était le portrait craché de Jean-Claude Dreyfus -les pizzas Marie ça te parle?)(mais le pire dans l’histoire, c’est que le bébé en question, c’était une fille! Je l’appelais Jean-Claude en cachette).
Je suis d’accord avec le fait d’avoir les ragnagnas quelle connerie tous les mois, oui, même si je suis au bord de l’anémie à chaque fois et que Tampax fait son chiffre d’affaires seulement sur ma pomme. Avant c’était Always, mais quand j’ai compris un peu l’anatomie féminine, j’ai changé de sponsor. Et puis hein, la « patacul » que tu retrouves collée sous ton coude, merci mais non merci! (ça ne m’est pas arrivé personnellement mais je l’ai vu!)
Tu me diras, il est vrai que je m’y prends un peu tard, mais vois-tu, ton pote Le Destin ce petit rigolo avait de toute évidence d’autres plans pour moi. Donc on peut dire que c’est pas totalement de ma faute.
Des fois je me dis heureusement que ça n’a pas marché avant, je n’aurais pas voulu avoir un enfant de divorcés avec les dimanches soirs pourris qui vont avec.
Donc qu’est-ce qu’on fait là?
Ca fait des années que je m’entraîne, c’est bon je suis prête, mais toi t’as pas l’air de te souvenir que j’existe. Tu voudrais pas me filer un petit coup de pouce histoire de favoriser une rencontre qui porterait ses fruits?
Quand je pense qu’il y en a qui essaient juste une fois, ou même qui n’en ont pas envie, qui y arrivent…
Et moi ohé je suis là! Et moi j’en ai envie! Et moi j’en suis pas à mon premier coup d’essai!
Alors s’il te plaît, je te le demande, fais quelque chose pour moi.
Parce que les histoires d’éprouvettes, depuis que j’ai vu un reportage très bien fait là-dessus, eh bien ça me  branche beaucoup moins qu’avant…
En plus tu me connais, je ne supporte pas de rester impuissante face à la fatalité, tu sais que je suis bélier. Et dans des cas comme celui-là, je suis capable de prendre des décisions assez radicales et souvent sottes.
Ou alors sinon arrête mes ragnagnas vu qu’elles me servent à rien (ces s******).
Pardon je suis un peu vulgaire mais vois-tu, comment dire? J’ai les boules. Et un peu peur aussi.