foi

No surprises

Comme convenu, 4 jours après la fin de l’Utrogestan, 14 jours après l’injection d’Ovitrelle, J1 est là. Il est arrivé avec pertes mais sans fracas.

De l’espoir il n’y en a pas eu.

Pas de surprise. Pas de déception.

En fait, je suis épatée.

Malgré des conditions optimales et idéales, ces abrutis de spermatozoïdes n’ont pas été capables de trouver le saint-Graal. Ils se sont pris par la main queue pour faire une barrière aux peu de normaux qui auraient pu trouver l’entrée, c’est pas possible autrement. Ou alors ce sont des espèces de zombies qui ont bouffés les bons. C’est quoi le problème?

J’ai même plus envie de refaire une stimulation à la rentrée, à quoi bon de toutes façons, ça marche pas ça marche pas, point barre. Laissons la science s’occupe de tout puisqu’on n’est même pas capables de faire un enfant. Le truc le plus simple au monde.

Et le physio/duphaston, j’en ai plus envie non plus. Marre de bouffer des comprimés pour des noix, que ce soit par la bouche (ou par le frifri). Si ça fait des années que je ne prends plus la pilule, c’est bien pour ça aussi, alors c’est bon là, j’arrête.

Tu ne te reposes jamais toi on dirait espèce de DNLP de malheur. Mais qu’est-ce que c’est, un genre de test pour savoir jusqu’où je peux tenir sans me tirer une balle? Ca va, pétasse, j’ai eu ma dose de soucis dans la vie, tu veux pas jeter ton dévolu sur quelqu’un d’autre non? Connasse.

6790be32e32048247bd779f52a550f58

Stim’2 c’est fini. Je n’ai pas perdu la foi, non, je suis juste lucide; j’ai foi en la FIV qui sera donc mon seul espoir.

 

 

 

 

 

Publicités

Le haut de la montagne

Russe la montagne, bien entendu!

Il y a quelques jours, j’étais chez la coiffeuse et pendant que la couleur posait, je me suis documentée sur les grands problèmes socioéconomicogéopolitiques de ce siècle (Débilla va-t-elle larguer Thomas et si oui portera-t-elle une culotte ce jour-là?).
Je suis tombée sur une interview de la chanteuse Anastacia (oui, la blonde qui chantait avec une voix de black) (♫ I’m outta love, set me free, and let me out this misery ♫). Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai lu l’article (ah oui, fallait laisser poser la couleur un quart d’heure de plus, c’est pour ça).
Elle racontait son combat contre la maladie. Parce que je ne le savais pas (je ne suis pas allée chez le coiffeur pendant deux ans, j’ai une excuse), mais elle a eu un premier cancer du sein en 2003 et un second en 2013. Elle disait, par rapport à la religion, qu’elle n’en avait pas particulièrement, mais qu’elle croyait en une force supérieure. En gros, qu’elle avait la foi sans pratiquer aucune religion.

Parmi les questions de l’interview, il y avait celle-ci:

« – Avez-vous perdu la foi pendant votre maladie?
– Jamais. Je ne l’ai jamais perdue. »

J’ai trouvé sa réponse magnifique. J’ai trouvé cette femme admirable. Si forte, si décidée à tout donner pour n’avoir aucun regret.
Cette femme m’a inspirée. Beaucoup.
Bon là je suis en stimulation (7 jours de Gonal 37,5, prise de sang+écho demain et Ovitrelle peut-être), donc tous les espoirs sont permis. Mais je me dis, bon sang, la PMA c’est dur, c’est long, c’est chiant, c’est douloureux, c’est triste… Mais cette foi que j’ai en la possibilité d’un être, je ne veux pas la perdre. Jamais.
Alors je vais tout faire pour ne pas perdre espoir, pour ne pas me laisser aller même si le chemin risque d’être difficile et semé d’embûches.
Signé: Mimi, en mode positive attitude (au moins jusqu’à demain)