règles

La fin

Oh oui je sais, encore un énième dernier article, ça doit bien être le troisième, je ne sais pas je n’ai pas regardé.

Mais là c’est le final pour de vrai.

J’ai repris du clomid, pour voir, on ne sait jamais, sur un malentendu… À part avoir carrément cru que j’avais l’appendicite à cause de douleurs particulièrement horribles (que je n’avais pas eu la première fois) lors de l’ovulation (pas surveillée et certainement multiple), ça n’a évidemment pas marché. Pour dire à quel point j’avais mal, je ne pouvais plus faire de poney. Sinon je n’ai pas eu d’effets indésirables mis à part les bouffées de chaleur.

J’ai également été obligée de refaire une cure de fer car mon hémoglobine fond comme neige au soleil avec ces p***** de règles méga abondantes (quasi un litre par mois). Et les douleurs abdominales deviennent difficiles à vivre. Je ne peux même pas utiliser la cup, pourtant si pratique, vu qu’elle se remplit en une demie heure (si si, un vrai robinet).

Mon travail m’empêchant parfois d’aller aux toilettes pendant plusieurs heures, il ne me restait plus qu’une solution. Reprendre la pilule. Mais oui.

Décision ô combien difficile et douloureuse, de ne pas avoir d’enfant alors qu’à la base je le subis… mais que faire d’autre? 

Bref j’ai choisi entre la peste et le choléra (ou les bras en coton et les jambes en mousse si tu es née après 1990).

Publicités

Vilain cerveau

Mon cerveau s’amuse avec moi. Oh qu’il est sadique parfois…

On peut dire que mes rêves ne sont pas prémonitoires. Pourtant c’était super bien. Ca fait deux nuits d’affilée que je rêve que je me vois découvrir ma grossesse.

La première nuit, je faisais simplement un test, il ressemblait à un cadran de montre, il décomptait les secondes. Et puis ça indiquait positif. J’étais toute sonnée. Je me suis réveillée, contente d’avoir connu ça une fois dans ma vie. Et le plus drôle, c’est que j’ai vu une photo de test positif dans la journée. Une amie proche qui est au courant de mes galères m’a annoncé, délicatement, que sa meilleure amie était enceinte, et plus tard alors qu’on se montrait des photos sur nos iphone, la photo du test de sa copine a glissé sous mes yeux. J’ai été sincèrement heureuse pour elle parce que cette fille a fait une fausse couche l’année dernière après plusieurs années d’essais infructueux.

Bon, et cette nuit, rebelote! Mes règles qui ne viennent pas (comme en vrai), je fais un test mais sous forme de bandelette urinaire et la paf, ça m’inscrit BHCG 1524. Pourquoi 1524, absolument aucune idée. Oh my god, j’étais sur un nuage, je ne saurais expliquer le bonheur que je ressentais à ce moment. Je mettais le ticket avec les résultats imprimés dans ma poche droite, et j’attendais le moment où j’allais l’annoncer à mon chéri. Et puis je me suis réveillée, toute excitée d’avoir encore une fois vécu une belle surprise.

Toute excitée d’imaginer un instant que c’était peut-être ce qui allait m’arriver?

Et je force mon cerveau à tourner au ralenti. J’encourage mon neurone de l’espoir à se calmer.

Ca fait deux jours que j’attends mes règles. Deux jours de retard alors que je n’ai jamais de retard. Et tous ces petits signes auxquels j’ai sûrement un peu trop prêté attention. J’ai même eu de légères nausées parfois. Ca ne peut être que ça, sinon quoi? Et l’HSG ce mois-ci, ça a certainement débloqué quelque chose! Mais oui voyons, c’était ça!

Je me voyais déjà aller à la pharmacie demain matin. Voir le positif s’afficher et sentir mon coeur bondir dans ma poitrine, éprouver pour de vrai ce que j’avais ressenti dans mes rêves.

Eh bah non. Encore une fois. Mes règles sont arrivées tout à l’heure. Et j’ai bien chialé.