stérilité

Il y a des fois comme ça 

Ce matin j’ai pleuré comme une madeleine dans ma voiture. Retour en arrière.

Je sors de la chambre d’un patient.

Croise une bonne partie de sa famille en train de préparer le repas sous le faré.

Je dis à ce soir, souhaite une bonne journée à tout le monde.

Et les filles me souhaitent une bonne fête des mamans.

Merci les filles, à vous aussi.

Je suis montée dans ma voiture, et puis d’un coup je n’ai plus vu la route, juste des images floues. Et les larmes qui étaient les seules à pouvoir rouler.

Souvent c’est vivable. Parfois c’est vraiment dur.

A la boulangerie je prends mon pain (scoop!) et la vendeuse me dit que je peux prendre une rose si je veux. Oh merci mais je vais la laisser à une maman. Ça n’aurait pas été légitime de la prendre.

Il y a des fois comme ça où je n’aimerais pas être à ma place.

Alors je rentre chez moi et l’homme me sourit et me prend dans ses bras. Et j’aime ma place à nouveau.

Publicités