stimulation 1

Quatre jours

Quatre jours pendant lesquels:
j’ai pensé que j’allais ranger les tampax au fond du placard
j’ai regardé les clients dans le rayon layette en me disant que bientôt ce serait mon tour
j’ai scruté le papier toilette au micromètre carré sans rien y détecter
je me suis imaginée le ventre arrondi
j’ai culpabilisé en buvant l’apéro
j’ai guetté attentivement un signal de mon corps, dans un sens comme dans l’autre
j’ai subitement été dégoûtée d’aliments que j’adore
je me suis imaginée le prononcer…

J’ai mal au ventre.
Le papier toilette est devenu rose.
J’ai sorti un tampax.
J’ai respiré un bon coup.

C’est la première fois de ma vie que j’ai un tel retard. Mes cycles durent normalement 28 ou 29 jours. Là ça fait 32. Je me suis presque permis d’y croire. A la pharmacie, ma langue a brûlé quand la préparatrice m’a demandé s’il me fallait autre chose.
J’ai compté mes cycles depuis le début des essais. C’est le vingtième aujourd’hui.
Happy birthday.
Je crois que c’est le fait d’avoir lu de mauvaises nouvelles sur les blogs de PMettes qui me fait relativiser ma déception. Certaines d’entre vous sont tellement plus tristes que moi.
Mais j’ai le coeur serré à écrire cet article. Je regrette de ne pas avoir profité de mes vacances (comprendre : ne pas avoir fait zig zig (plus d’une fois) pendant la période d’ovulation, vu que de toutes façons ça ne marche pas).

Publicités

Espoir, sors de ce corps!

[Petite parenthèse : ce 28 juin, ma tante m’a offert un livre; le livre éponyme du reportage dont je vous ai parlé ici. Etrange coïncidence de date n’est-ce pas?]

Hier, j’étais sur l’autoroute avec mon chéri, de retour d’un week-end en famille. J’ai branché le lecteur MP3 sur l’allume-cigare, et comme le son déconnait, j’ai changé de station radio. Et là paf, le fusible a sauté. Pas de musique pendant 4 heures, ça va être chaud (oui parce que c’est pas drôle que si ces désagréments arrivent au terme du voyage, c’est mieux quand ça arrive au bout de 30 kilomètres).

Dix minutes après, il m’arrive quelque chose d’inhabituel. Mon coeur fait un bond, pendant un dixième de seconde j’ai l’impression qu’il s’est arrêté, mais non, il se met en tachycardie (ça m’arrive fréquemment). Ma tête se met à tourner, je vois un voile noir, ça tourne vraiment beaucoup, je vais tomber dans les pommes. Mais je ne dis rien parce que j’ai le coeur qui bat trop vite. Et puis j’ai pas envie de faire flipper mon chéri qui conduit. Et puis pourquoi je tomberais dans les pommes alors que j’ai bien déjeûné, que je suis tranquillement installée dans mon siège passager?

Une fois que c’est un peu passé, je commence à dire à expliquer à mon chéri mon malaise, et voilà pas qu’il me dit qu’au même moment, lui s’est mis à avoir des bouffées de chaleur, une envie de vomir, la tête qui tourne aussi. Et qu’il ne m’a rien dit sur le moment pour ne pas me faire flipper non plus (vive la communication au sein du couple).

Alors soit le fusible a dégagé une substance bizarre, soit on a traversé une zone où un produit a été répandu, je ne sais pas. Ou alors on est passé dans un champ magnétique, ou la quatrième dimension, ça restera un mystère à vie.

Tout ça pour vous dire que c’est la première fois que ça m’arrivait, que demain je devrais avoir mes ragnagnas et que ça faisait des mois que ça ne m’était pas arrivé d’espérer que peut-être cette fois, sur un malentendu avec DNLP… Ahhhh mais non mais pourquoi je me mets à espérer quelque chose maintenant, je scrute le papier toilette, je soupèse ma poitrine, je fais n’importe quoi. J’ai pas eu de syndrome prémenstruel (bon il faut dire aussi que ça fait un mois que je suis chiante avec ce Clomid de malheur).

Vous vous dites qu’il n’y a pas de chance que je sois enceinte vu que je n’étais pas censée faire de cochoncetés ce mois-ci. Oui, en théorie oui. Mais j’en ai fait un peu. Une fois ça compte? De toutes façons vous allez pas me dire, ça fait un an et demi que j’essaie et il ne se passe rien, il va quand même pas se passer quelque chose lors d’une petite incartade!?

Mais mon esprit s’emballe un peu, j’en ai tellement envie.

Je crois que je refais une poussée d’espoirite aigüe.

Le problème c’est qu’il n’y en a pas + EDIT

game-over

J’avais prévu de faire tout un roman de ma journée, vous raconter plein de trucs, résultat vous n’aurez rien de tout ça.

Je me suis pris une claquasse dans la figure ce soir.

Le problème? C’est qu’il n’y a pas de problème justement. Les dosages hormonaux de ce matin et l’écho de ce soir ont révélé très vite que cette première stimulation (qui sera peut-être la dernière du coup) a trop bien marché. Je suis au taquet pour tout. Et les follicules sont trop nombreux et matures, alors ne risquons rien, pas de déclenchement à l’Ovitrelle d’une part, et surtout pas de rapports pendant une semaine. Super les vacances. Je vais acheter un Scrabble tiens.

Je suis dégoûtée. La gynéco qui fait les échos, pendant que je faisais pipi (oui parce que je croyais qu’il fallait venir la vessie pleine en plus), a commencé à écrire mes renseignements sur un papier de datation. Euh… Hélas non, j’aimerais bien mais là c’est pour surveiller l’ovulation ma p’tite dame. Oh, alors ça va vous porter chance j’imagine, un lapsus pareil… Ouais, bah non on dirait pas.

En plus de ça, pas de glaire! Alors du coup ça remet tout en question, mon dossier va être présenté au staff le 7 juillet, parce qu’il serait maintenant question d’IAC peut-être…

Pffff, j’ai envie de crier (c’est fait), de pleurer (c’est fait aussi), de je ne sais pas quoi. Je suis mal. Oh et puis tiens, je repleure, là.

Pis faut encore que je me tape les effets secondaires du Clomid pendant 5 semaines encore.

Fais chier.


EDIT du lendemain matin : Hier soir entre deux crises de larmes, j’ai fait quelques recherches un peu plus poussées sur le Clomid (sur Morbidissimo -mais non je rigole). Il semble que ce médicament ait un effet négatif sur la glaire, ce qui pourrait expliquer qu’à mon rendez-vous il n’y en avait pas.

Du coup je me demande si la gynéco ne s’est pas carrément plantée en me filant ce traitement, parce que le Hühner était très positif, donc je vois pas pourquoi cette fois il n’y avait pas de glaire. Ceci dit, celle-ci dure très peu de temps chez moi, genre deux jours, alors elle va peut-être arriver aujourd’hui ou demain qui sait?

Non mais y’a un truc que je comprends pas : j’ovule normalement, le Hühner est concluant, les spermato sont pas top mais ça peut le faire. Question : pourquoi me stimuler alors? Non parce que 5 follicules de 20mm, c’est craignos… Je me dis allons-y carrément pour la FIV au lieu de se faire des noeuds au cerveau et aux ovaires! Hier j’étais dégoûtée, aujourd’hui je suis énervée (la faute au Clomid sûrement).

Ce que Clomid m’a fait

Image

Je ne pensais pas pondre un article avant mon rendez-vous pour l’échographie de vendredi 13, mais il m’a paru intéressant de parler des effets secondaires du Clomid. Je me suis focalisée sur le fait que peut-être j’allais avoir des douleurs pelviennes insupportables, mal aux seins, des boutons plein la face ou je ne sais quoi d’autre.

Déjà, je vous rappelle que la gynéco, ne sachant pas comment mon corps allait réagir, m’a prescrit 5 jours de Clomid à demi-dose, à commencer à J2.

Donc J2 : règles bien sûr, le jour le plus abondant du cycle, mais alors là, pour l’abondance j’ai été servie! Du tampax super maxi en veux-tu en voilà (oui, les gros oranges), à changer tous les trois quarts d’heure (trop pratique au boulot).  Et pour les douleurs de règles aussi : c’est simple, j’avais l’impression d’avoir une enclume suspendue entre les jambes, accrochée à mon dedans.

Ca s’est calmé le lendemain, plus aucune douleur, mais les ragnagnas ont joué une troisième mi-temps, j’ai cru qu’on n’en finirait jamais.

Par contre, et ça c’est ce que je vis le plus difficilement, les bouffées de chaleur sont apparues assez vite. Au début, j’ai cru que c’était à cause de la météo. Quand je me souviens de ma grand-mère à sa ménopause qui me soûlait avec ses vapeurs, j’ai des remords de ne pas l’avoir prise vraiment au sérieux. C’est l’horreur, ça me réveille la nuit, ça dure pas longtemps, mais c’est intense et fréquent!

Bref, on va pas se plaindre pour si peu. En revanche, y’en a un autre qui se plaint, c’est mon chéri. Le syndrome prémenstruel, il connaît. Mais le syndrome prémenstruel puissance 1000, je crois que ça commence à le gonfler et pas qu’un peu (« ça finit quand ton traitement là? »).

Voilà, le Clomid c’est fini pour le moment, je continue avec mes amis Physiogine et Duphaston.

Au fait j’oubliais, est-ce l’huile d’onagre, est-ce la Célestins, mais mes petits problèmes de peau ont totalement disparu depuis.

En piste!

Merci de m’avoir livré votre ressenti par rapport à mon dernier billet. Ca n’a pas été facile d’oser avouer mes pensées, et je vous remercie pour vos commentaires.

 

Aujourd’hui, des news, des neeeeeeeews!!

Alors voilà ce qui est ressorti de mon rendez-vous de ce matin avec ma gynéco :

Le résultat du test de Hühner allait conditionner le type de prise en charge PMesque. Forcément, elle ne l’avait pas, le labo ayant omis de le faxer. Pffffff… Elle a appelé et ils ont faxé aussi sec.

Tout est formidablement positif (la faute à Physiogine? A l’huile d’onagre? A la Vichy Célestins?), les têtards arrivant d’eux-même à aller au fond de la mare peu vaseuse sans couler pour la moitié d’entre eux ; donc une IAC ne servirait strictement à rien.

On commence le programme des réjouissances avec une stimulation à base de Clomid, toujours du Physiogine et du Duphaston pour la forme, écho/prise de sang à J12 (je crois que je vais jamais attendre J1 aussi impatiemment) (sauf la fois où à 17 ans j’ai eu peur d’être enceinte, naïve que j’étais!), un déclenchement d’ovulation avec une piquouze d’Ovitrelle, si et seulement si il y a 2 follicules maxi (oui apparemment vaut mieux pas risquer une grossesse gémellaire tripléllaire (comment on dit?) (nan mais de toutes façons trois c’est no way).

Bref, tout ça à demi-dose parce que figurez-vous que tout étant (presque) parfaitement normal chez l’un comme chez l’autre, nous faisons probablement partie de ces couples qui mettent simplement plus de temps que les autres à procréer (oui parce que rien ne s’oppose à une grossesse naturelle), et donc ce ne serait pas trop la peine de risquer une hyperstimulation.

Moi qui en manipule des dizaines par jour, je n’ai jamais été aussi heureuse avec ma seringue en sortant de la pharmacie.